L'Ile de Beaute aurait encore du naviguer

Dans un interview accordé à La Provence, Erik Lacoste, responsable de la flotte de la SNCM affirme que L'Ile de Beauté qui a été désarmé en septembre dernier car trop ancien était en vente pour trouver un acquéreur qui aurait permis au navire de naviguer encore quelques années. 3 repreneurs s'étaient manifetés et selon le directeur, la SNCM n'aurait pas choisi le futur acheteur selon son offre financière mais de celui qui présentait la cetitude por que l'ex Cyrnos navigue encore quelues années.

Le choix final revient alors à la compagnie libérienne Porto Navigation à qui la SNCM aurait demandé un "document écrit" pour pouvoir s'assurer qu'il n'ira pas en direction d'un chantier de démolition, et aurait également formé l'équipage. Porto Navogation aurait même affirmé de l'exploiter entre la Turquie et la Grèce.

Simple coincidence: destination annoncée Istanbul en Turquie pour être rénové mais finalement destination finale: Aliaga, également en Turquie pour y être démentelé.

Et la SNCM pouvait s'en doutait déjà lors du changement de nom: devenu BEAU, et le nouveau pavillon: Panaméen. La SNCM vient donc de perdre un de ces navires qui reflétait l'histoire des Car-Ferries en Corse 


Le Biladi, ex Liberté également à Aliaga

Le Biladi, ex Liberté de la SNCM, vendu en 2002, qui réalisait des rotations entre Sète et le Maroc a connu le même destin que son cousin l'Ile de Beauté. Le navire est arrivé à Aliaga quelques jours après le Beau début Juillet. Et l'avocat de la compagnie Comarit, en liquidation judiciaire qui avait vendu le navire pour 1 Millions d'euros, dénonce que le navire n'aurait jamais du quitter Sète, mais le navire étant désormais échoué à Aliaga, un retour en navigation est impossible ...

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Albert (mardi, 20 août 2013 14:57)

    Toujours des regrets après avoir commis l’irréparable.
    Que reste t'il de la flotte des grandes années 70/80
    le Corse, l'ex Napoléon (en sursis à la moribonde COMARIT) bcp de souvenirs ..
    il existe bien des services patrimoine chez les grands constructeurs/sociétés
    pourquoi pas dans le Maritime ??
    serait il pas le temps de se mobiliser vu le prix de vente final de ses témoins d'une "certaine époque "
    A réfléchir , plutôt que de sortie les mouchoirs
    A vous la SNCM