La fin du conflit en 7 points

La grève a permis d'avancer sur certains points

De réelles avancées pour enfin de vrais changements ?

Il aura fallu attendre le 8 janvier pour que le gouvernement décide de réellement prendre des décisions à l'issue d'une réunion en début de soirée à Paris. L'état a apporté des engagements pour le futur de la compagnie:

"Le gouvernement a pris en compte la nécessité du renouvellement de la flotte et de la régulation de la concurrence, ce sont les deux éléments majeurs", a expliqué le délégué CFE-CGC des officiers, Pierre Maupoint de Vandeul, joint par l'AFP.

 

 

 


La Fin du "monopole" pour Corsica Ferries

Des rotations supplémentaires et le trafic assuré

Ces concurrents les accusent de multiplier leurs prix par deux voir trois mais pour l'instant c'est eux qui assurent le trafic. Ils ont chose certaine doublés voir triplé leurs rotations avec des rotations de jour et l'insertion sur Toulon et Bastia du Sardinia Vera en sus de celles déjà mises en place. Que l'on soutiennent les grevistes ou pas, Corsica Ferries a denouveau démontré qu'ils pouvaient assurer un service complet et qu'ils ont sauvé l'économie en assurant par exemple le transport des mandarines de la Corse vers le Continent.


Le port de Toulon en aura profité

Des navires à l'origine sur Marseille déroutés sur Toulon, rien de mieux pour ce dernier

Cette grève aura également eu comme consquence une modification des traversées sur le Maghreb: elles ont toutes été déroutées sur Toulon. Deux navires de l'Algérie Ferries ainsi qu'un de la Tunisia Ferries ont été de passage sur Toulon. Celà permet au port de Toulon u gain de 3000 passagers et 1200 voitures.


L'OTC réclame un service minumum

Une fois de plus réclamé mais jamais mis en place

Pour réagir à ce conflit l'OTC a réclamé la mise en place d'un service minimum, mais peut-être fallait il le mettre dans le cahier des charges d'une nouvelle DSP qui avait commencé le jour même de la grève. 

"C’est bien le service public qui est en cause et dès lors qu’il n’est plus fiable on peut se poser beaucoup de questions." a indiqué le président de l'OTC, Paul-Marie Bartoli.

 


La SNCM porte plainte contre Corsica Ferries

Une fois de plus réclamé mais jamais mis en place

"Nous allons engager une procédure contre Corsica Ferries. Nous considérons qu'il y a une distorsion de concurrence, et que nous ne travaillons pas avec les mêmes règles", a indiqué Pierre Jaumain, porte-parole de la compagnie.

Le syndicat majoritaire avait indiqué le 20 décembre avoir saisi la Commission européenne "pour aide d'Etat illégale aboutissant à des pratiques anticoncurrentielles", en référence à une "aide sociale directe" aux passagers d'environ 180 millions d'euros dont aurait bénéficié depuis 2002 la société privée Corsica Ferries.

 


La parole aux employés

"Se mettre à notre place"

Il aura fallu attendre le 8 janvier pour que le gouvernement décide de réellement prendre des décisions à l'issue d'une réunion en début de soirée à Paris. L'état a apporté des engagements pour le futur de la compagnie:

"Le gouvernement a pris en compte la nécessité du renouvellement de la flotte et de la régulation de la concurrence, ce sont les deux éléments majeurs", a expliqué le délégué CFE-CGC des officiers, Pierre Maupoint de Vandeul, joint par l'AFP.

 

 

 


La tension autour du fret

L'inquiétude des agriculteurs

Plus que pour les passagers, cette grève a surtout eu des conséquences sur le fret: des navires pleins avec près de 50 camions à bord, les inquétudes des producteurs de clémentines qui exportent leurs clémentines sur le continent. La chambre de commerce de Haute-Corse avait mis en place une cellule pour gérer toutes les demandes. A noter que les transporteurs ont bloquer le fret le week-end pour protester contre cette grève qui paralise le trafic

 

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0